Vacances chez les Helvètes

Une fois n’est pas coutume, des vacances chez les Helvètes !

Personnellement, je commence par bien les connaître mais ma famille, un peu moins.

Alors, petit carnet de voyage :

La Suisse, c’est bien évidemment le pays des Lacs. Impossible de les zapper sur la route des vacances :

Le Léman, plus grand lac Alpin, en partie de chez nous

ou celui beaucoup plus petit de Murat

avant d’arriver presque à destination, avec celui de Thoune.

Mais notre destination était, vous l’aurez compris, tout autre : La charmante vallée de Lauterbrunnen.

Ce petit village a bien des attraits : de jolis petits chalets fleuris,

un magnifique clocher pour donner l’heure (attention, en Suisse, l’heure c’est l’heure)

une belle cascade, mais ça, ce n’est vraiment pas un signe distinctif, car la vallée en compte 72 !

Et bien évidemment, une gare.

En bonne Suissesse d’adoption, c’est bien par le train que je m’y suis rendu.

Car ici, des trains, il y en a de partout. Ils gravissent sans effort la montagne pour conduire à de nombreux villages inaccessibles en voiture, comme Wengen

ou Mürren

Vous n’y échapperez donc pas, si vous envisagez de randonner près des sommets.

A moins que vous n’optiez pour la seconde alternative : les télécabines. Grosses bennes ou plus petites,

comme celles d’Isenfluh, qui vous conduisent vers les alpages.

Car la Suisse, c’est aussi le pays du chocolat et bien évidement des vaches,

qui produisent lait

et fromages,

en libre service, sur l’alpage

Inimaginable !

Impossible non plus, de passer à côté des spécialités locales,

surtout quand on a l’avantage d’avoir un Helvète avec nous.

Et le résultat est parfaitement conforme à la publicité (et délicieux) !

Notre charmante vallée Suisse n’est pas pour autant très silencieuse

car tout animal à quatre pattes possède sa cloche.

Et il y en a même beaucoup en réserve.

Mais ce n’est pas la vie de l’Alpage qui est vantée sur les dépliants de Lauterbrunnen, mais bien le majestueux sommet de la JungFrau.

Ici, les glaciers sont encore bien présents (mais pour combien de temps ?)

et c’est vraiment le paradis de la randonnée.

Chaque balade nous permet de découvrir ce magnifique sommet sous un angle différent,

ou de découvrir ces acolytes comme L’Eiger

Des panoramas à vous couper le souffle,

quelque soit la randonnée effectuée.

Et même si les deux premiers jours étaient un peu pluvieux,

les éléments un peu déchainés,

et le matériel, parfois à bout de souffle,

nous ne sommes pas prêts d’oublier la beauté des sommets enneigés.

Tschüss !

Cartes postales estivales

Tutti fruitti de cartes postales estivales

A vous de retrouver qui est allé où. Moi, j’ai un faible pour la hauteur !

Retour aux sources

Des Grisons

à la Chartreuse,

il n’y a qu’un pas. Et je l’ai fait ce week-end.

Mais comme j’avais laissé mes chaussures chez les Helvètes, j’ai dû en emprunter d’autres, qui ont un peu flanché pendant la rando !

Et même si la Suisse regorge de lacs magnifiques, je n’ai pu m’empêcher d’aller goûter à l’eau de celui de Laffrey.

Mais les bonnes choses ont une fin, le weekend est terminé et j’ai déjà repassé la frontière.

Bon vent à tous !

A la découverte des Grisons

Avec la liberté quasi retrouvée (et presque déjà 6 mois de travail intense), petite semaine de vacances !

Malgré une météo bien médiocre, je suis allée découvrir le pays de Gian & Giachen, vous connaissez ?

Ce sont les 2 bouquetins qui font la promotion des Grisons! Le web regorge de spots les mettant en scène (mais tous sont en Suisse Allemand !)

Et quand le temps n’est pas très clément, rien ne vaut un bon chocolat Suisse.

Destination Bergün, petit village des Grisons, qui a, parait-il, servi de cadre pour le dernier Heidi. Vous voyez le décors !

De là, malgré les conditions peu favorables, mon excellent guide a réussi à nous conduire jusqu’au petit lac de Palpuogna.

La pluie ayant stoppé et les nuages étant suffisamment hauts , la seconde journée nous a permis de voir les montagnes !

Cuolm da Latsch avec un panorama à 360 degrés est à près de 2300 mètres. 

Grandiose, il faudra vraiment y revenir par grand beau…

A revair ed a bainbod ! (En Romanche, la quatrième langue de Suisse)

Bonjour La Suisse

ça y est, je fais partie de cette catégorie de Français que l’on dit « expatriés » !

Mon pays d’adoption n’est pas loin mais il a ses codes bien à lui. Je vous en dirais plus quand j’aurai lu un de mes nombreux cadeaux de Noël : le « Suissologue ».

Pour clore mon stage (et peut-être me souhaiter la bienvenue), on m’a d’ailleurs offert l’outil que vous connaissez tous.

Avec cela, je devrais pouvoir me sortir de toutes les situations.

Et promis, je vais devenir un vrai ambassadeur du pays : J’ai d’ailleurs réussi à faire jouer à « Dog » (ma fabrication personnelle du Brändi Dog), mes grands-parents, le jour de Noël. Vous ne connaissez-pas ?

Alors oubliez les traditionnels petits chevaux pour passer à une version beaucoup plus stratégique.

Et pour finir, écoutez ce petit bijou de la radio suisse romande : Un poème d’Alice de Chambrier (poétesse suisse romande du 19ième siècle) mis en musique par Marc Aymon (chanteur suisse  de variété contemporain).

Bienvenue en Suisse !

Catégories

Archives