Oberland : Tandzbödeli

Oberland : Tandzbödeli

Nous partons aujourd’hui du fond de la vallée, de Stechelberg, d’où nous prenons un téléphérique pour monter jusqu’à Gimmelwald. Nous sommes presque les seuls à stopper sur ce premier tronçon, l’essentiel des passagers montant jusqu’à Mürren ou plus haut jusqu’au Schilthorn.

Nous traversons alors le petit hameau de Gimmelwald,

pour rejoindre un bon chemin, à flanc.

Les sommets de fond de vallée sont encore poudrés de la neige du weekend,

tandis que la JungFrau se montre sous un nouvel angle.

En descendant au fond du vallon, nous croisons le Schiltbach et sa petite cascade.

Alors qu’au terme de la descente, nous traversons la sefinen Lütschine.

Nous entamons alors la montée dans la forêt, où quelques trouées nous permettent d’admirer Gimmelwald que nous avons quitté il y a peu.

La montée est assez soutenue, entre arbres et rochers

nous permettant de voir toujours plus haut vers Gimmelwald

et même Mürren.

Face à nous, sa majesté la JungFrau.

La forêt se fait alors moins profonde

et les sommets se dévoilent.

Nous traversons alors des alpages déserts, avec en toile de fond la vallée de Lauterbrunnen,

et toujours dame JungFrau.

Nous sommes maintenant au pied du Tandzbödeli, qu’il nous faut gravir.

L’ascension est rude, mais le panorama nous la fait oublier.

Même l’Eiger montre son nez

Arrivés au sommet, nous ne regrettons vraiment pas nos efforts :

un face à face avec les plus beaux glaciers des alpes.

Et à l’opposé, le fameux Schilthorn et son restaurant panoramique.

sans oublier le fond de vallée.

Après un déjeuner bien mérité, nous prenons le chemin de la descente et bifurquons sur la droite au pied du Tanzbödeli pour explorer le fin fond de la vallée de Lautebrunnen.

Le sentier descend calmement sur le flanc de la vallée,

en balcon face aux glaciers

et leurs cascades

Puis il vire sur la gauche, pour parvenir aux premières maisons d’alpages

Nous sommes étonnés d’y trouver des cochons

et une brave mûle.

Nous reprenons notre descente

pour croiser alors un troupeau de yaks à la ferme suivante.

Les pâturages passés, nous retrouvons la forêt

toujours veillés par les 3900

Le sentier se poursuit, maintenant beaucoup moins agréable, car parsemé de racines.

Il débouche en dessous de Mürren.

Nouvelle bifurcation à droite pour retrouver le fond de vallée

traverser la Lütschine

et se retrouver sur le versant encore au soleil.

Il nous faut maintenant traverser Stecherberg.

pour rejoindre la gare de téléphérique, juste dessous la cascade.

Petite surprise pour clore cette époustouflante randonnée, un charmant abri anti-avalanche !

Vous l’aurez compris, une randonnée hors norme, un peu rude mais tellement belle !

Télechargez le fichier GPX

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Archives